Comment vivre la transition vers les petits groupes

Auteur: Dale Galloway

Dale Galloway est un expert dans les groupes de maison. En 1972, il fonda l’église "New Hope Community Church" avec une poignée de personnes. En une vingtaine d'années il fit passer le nombre de ses membres à 6000. Prédicateur très connu aux États-Unis, il a donné des centaines de séminaires et de conférences sur la croissance des églises.

Pendant trente ans, j’ai pu observer le miracle de vies profondément changées quand le Saint-Esprit agit par le moyen de petits groupes où les gens prennent soin les uns des autres et sont ouverts sur l’extérieur. Je l’ai vu dans la ville de Portland dans l’Oregon, où plus de 5 000 personnes ont été touchées à travers un réseau de 500 pasteurs laïcs formés efficacement par l’église New Hope Community.

Ce retour à la communauté néotestamentaire a pris bien des visages : groupes d’intérêt autour de thèmes multiples et divers, ou travail de suite après de grandes campagnes, ou rassemblements d’hommes. Que vous les appeliez ou non des « groupes par affinité sociale » comme les décrit Peter Wagner, ce qui importe, c’est que votre église puisse en retirer de nombreux bienfaits. Savez-vous amener votre église à prendre part à ce que Dieu est en train de faire aujourd’hui ? Votre église connaît-elle la transformation positive qui peut se produire quand les gens apprennent à « prendre soin les uns des autres » et que cela fait boule de neige dans le corps de Christ ?

Si l’on veut que les gens soient suivis, nourris, et équipés en vue du service, les petits groupes ne sauraient être considérés comme une option. Si vous abordez bien les transitions qui sont décrites dans les lignes qui suivent, vous serez émerveillé de voir ce que Dieu va faire. Ces 14 principes ont été testés et éprouvés, souvent avec une large mesure de réussite, dans des centaines d’églises charismatiques et pentecôtistes.

1. PARTAGEZ VOTRE VISION AVEC LES RESPONSABLES-CLÉ

Pourquoi voulez-vous amener vos gens à une structure de petits groupes ? Qu’espérez- vous voir Dieu faire ? À quels besoins de votre église et de votre ville des petits groupes de six à dix personnes se réunissant régulièrement répondront-ils ?

Comment communiquer votre vision concernant les petits groupes ? En prenant du temps avec vos responsables. Partagez avec eux vos rêves à travers divers témoignages, en leur parlant des livres que vous citez, des séminaires auxquels vous pourrez les encourager à participer, des sujets que vous abordez dans vos réunions de responsables, et de vos conversations personnelles.

En partageant votre vision, vous entraînerez avec vous les membres les plus influents de votre église. Comme le disait Lyle Schaller, ils deviendront « vos alliés pour introduire un changement planifié ».

2. RESPECTEZ ET HONOREZ L’HISTOIRE ET LES TRADITIONS DE VOTRE ÉGLISE

Quel rôle de petits groupes ont-ils déjà joué pour façonner l’église que vous servez ? Peut-être y a-t-il eu des réunions de prière dans quelque maison ou des petits groupes de quelque sorte qui ont contribué à ce qu’est devenue l’église. Si tel est le cas, mettez l’accent sur le lien entre le présent et ce qui a ainsi été fait dans le passé. Vous pouvez entrer dans le futur en bâtissant sur le passé.

Il est probable que vous devrez suivre le même processus que celui qui fait pousser les arbres. Les cercles sur la coupe d’un arbre indiquent que la poussée de croissance la plus récente se produit toujours juste en dessous de l’écorce.

J’ai appris ce principe quand j’étais pasteur d’une église plutôt traditionnelle dans le Kansas. Au début, j’avais beaucoup de mal à intéresser les membres aux petits groupes parce qu’ils étaient avaient vécu avec comme seul modèle celui de la réunion de prière du milieu de la semaine. J’ai donc opté pour le démarrage d’une étude biblique d’évangélisation avec quelques hommes d’affaires.

Quelques-uns sont venus à Christ, et certains commencèrent à venir à l’église. C’est de ce groupe de « nouveaux » qu’a émergé la plupart de mes futurs leaders. Leurs réseaux de contact ouvrirent la porte à encore plus de nouveaux à travers un groupe de quartier, un groupe de femmes, un groupe de couples mariés, et d’autres groupes ciblés autour de besoins spécifiques et de diverses phases de la vie. Dans ce processus, j’ai laissé les membres traditionnels en place, tout en intégrant la nouvelle croissance autour d’eux, comme le principe de la croissance du tronc d’arbre.

Pour amener des personnes nouvelles à l’église, calquez-vous sur l’analogie de la croissance de l’arbre : commencez par ceux qui gravitent autour de l’église. Ces gens-là sont de toute façon déconnectés pour le moment. Les impliquer demandera seulement de définir un cadre qui les rejoigne.

3. FAITES L’INVENTAIRE DES GROUPES, DES RESSOURCES ET DES OPPORTUNITÉS DONT VOUS DISPOSEZ DÉJÀ

Y a-t-il dans votre église un groupe de femmes qui se rassemblent régulièrement pour prier ? Une équipe de jeunes responsables qui se réunissent pour partager et planifier ? Un groupe de maison bien établi ? Un groupe d’étude biblique ? Essayez de les améliorer ou de démarrer de nouveaux groupes à partir de ce qui existe.

Veillez à ne débuter de nouveaux groupes que lorsque vous avez des responsables réellement prêts. Bien des gens peuvent ne pas être doués pour l’enseignement, mais être d’excellents animateurs ou hôtes. Équipez-les, et ils sauront développer ces ministères.

Ne vous fixez pas pour objectif de constituer des classes d’enseignement basées essentiellement sur un transfert d’informations. Les petits groupes doivent être avant tout centrés sur le relationnel pour être réellement efficaces.

4. TRAVAILLEZ AVEC VOS MEMBRES, LÀ OÙ ILS SONT PARVENUS

Les gens se réunissent en petits groupes sur la base de points d’intérêt ou de besoin qu’ils ont en commun. Le pasteur efficace saura trouver et promouvoir ces points de connexion.

Je parlais récemment avec un pasteur qui connaissait assez bien ses paroissiens pour leur proposer diverses sortes de groupes. Ses jeunes adultes aspiraient au partage privilégiant le relationnel, mais les aînés redoutaient d’être contraints de « partager ». Par exemple, il a patiemment travaillé avec les veufs de son église et leur a tout simplement dit : « Allez trouver des amis. » Depuis que ce groupe s’est ainsi formé, ses membres le considèrent comme le moment le plus important de la semaine.

5. PLANIFIEZ EN VUE DU BUT QUE VOUS VOULEZ VOIR LES PETITS GROUPES ATTEINDRE D’ICI CINQ ANS

Quel pourcentage de l’église voulez-vous voir impliqué dans les petits groupes ? Combien de nouveaux extérieurs à l’église pensez-vous que ces groupes soient capables d’intégrer chaque année ? De combien de responsables de groupes aurez-vous besoin d’ici six mois ? Combien d’assistants ? Quel impact imaginez-vous avoir auprès des gens du dehors ?

Dans la prière, fixez-vous des objectifs qui stimulent votre foi et que seule l’intervention divine permettra d’atteindre.

6. SUBDIVISEZ VOTRE PLAN D’ACTION EN ÉTAPES ACCESSIBLES

Plus vous verrez clairement comment aller d’où vous êtes à l’objectif fixé, mieux vous serez en mesure de diriger votre assemblée dans ce projet.

À l’église New Hope Community, nous parlons constamment de notre désir d’atteindre les milliers d’habitants sans Christ de notre ville de Portland. Notre vision était certes stimulante, mais elle n’était pas assez spécifique pour que les gens puissent dire : « ça, je peux le faire ! » Vous serez étonné de voir tout ce dont votre église est capable quand vous placerez devant elle des objectifs progressifs et accessibles.

7. METTEZ PAR ÉCRIT CE QUE VOUS ALLEZ FAIRE DANS LES TROIS MOIS À VENIR

Soyez spécifique. Quelles étapes pouvez-vous franchir pour atteindre une prochaine étape dans le développement des petits groupes dans votre église ? Considérez les possibilités suivantes :

• Prêcher sur tous les commandements en rapport avec « les uns les autres » dans le Nouveau Testament.

• Apporter un enseignement sur la vie de l’Église à vos divers groupes de responsables.

• Amener vos responsables-clé à une conférence sur les petits groupes.

• Diffuser des témoignages de vies touchées par les petits groupes dans le bulletin de votre église.

8. ALLEZ DE L’AVANT SANS CRAINTE

Ne cherchez pas à vous débarrasser de telle ou telle activité. Ajoutez plutôt de nouvelles options. Évitez la phrase : « Nous allons supprimer… », mieux vaut dire : « Nous allons offrir une nouvelle activité… ».

Après avoir participé à un séminaire sur le thème de la vision, un pasteur de Californie décida de rentrer chez lui et de démarrer des groupes centrés sur le soin des autres et la compassion. Il commença cependant par entourer et encourager les groupes d’étude biblique qui avaient été suspendus, les invitant à prendre cette nouvelle direction. La moitié d’entre eux le suivirent.

Il estima qu’il faudrait quelque temps avant que les groupes inactifs finissent par s’éteindre. Il m’a dit plus tard qu’il fallut trois ans.

9. COMMENCEZ PAR CRÉER UN OU PLUSIEURS « GROUPES PILOTES »

C’est peut-être le plus important de ces 14 principes de transition. J’ai aidé des centaines d’églises de toutes tailles à démarrer des petits groupes en commençant par un groupe pilote. Je recommande un groupe pilote par centaine de membres. Au bout de quatre ou cinq mois, vous pouvez répartir les membres de ce groupe dans les nouveaux groupes que vous ouvrirez. Vous n’en ferez la promotion publique qu’après avoir réussi la mise en place d’un tel groupe.

Un pasteur au Canada qui avait vingt personnes au culte m’a demandé s’il pouvait commencer de petits groupes. Je lui ai lancé le défi d’en débuter deux lui-même et de commencer à former des leaders de groupe. En quinze mois, il avait six groupes pour un total de soixante personnes.

10. PRENEZ LE TEMPS D’OPÉRER LES CHANGEMENTS DE FAÇON PROGRESSIVE

J’ai entendu l’histoire d’un pasteur qui, dans les tout premiers mois de son pastorat en Alaska, mit le piano de l’autre côté de l’estrade près de l’orgue. Des membres firent alors remarquer que la plaque commémorative en l’honneur d’un certain grand-père, à qui il semblait que toute l’église était apparentée, n’était plus visible. Ils lui demandèrent de remettre le piano à sa place initiale, ce qu’il refusa. La friction alla en augmentant, jusqu’au jour où le pasteur dut quitter l’église.

Cinq ans plus tard, il y est retourné pour un mariage. Il remarqua que le piano avait été déplacé et mis près de l’orgue. « Comment as-tu fait pour les convaincre ? » demanda-t-il au pasteur. « Je n’en ai rien fait. Mais chaque semaine, depuis cinq ans, je l’ai déplacé de 2 cm… ».

Ce leader avait en tout cas compris comment introduire des changements. Faites ce que vous pouvez avec ce que vous avez là où vous êtes.

11. RESTEZ FLEXIBLE DANS LE FONCTIONNEMENT DE VOS PETITS GROUPES

Le principe de la flexibilité est la plus grande différence entre les pays orientaux ou africains et les États-Unis. Si vous encouragez la diversité quant à la forme des groupes, aux lieux, jours et heures où ils se réunissent, et même aux options qui s’offrent pour s’occuper des enfants, vous aurez d’autant plus de groupes.

12. GAGNEZ LES GENS À LA CAUSE DES PETITS GROUPES PAR… L’AMOUR

Une des mes histoires préférées concerne un garçon handicapé qui renversa un étalage de chaussures dans un grand magasin. Le gérant cria après lui, exigeant qu’il ramasse tout. Le garçon ne bougea pas. Puis sa soeur aînée s’est baissée et a commencé à ranger les chaussures. Le garçon finit par l’aider. Quand toutes les chaussures furent remises en place, elle se tourna vers le gérant et lui dit : « Monsieur, il n’y a que par l’amour que vous pouvez le convaincre ! ».

Plutôt que d’assigner les gens à tel ou tel groupe, aidez-les plutôt à s’y connecter. Encouragez-les à essayer un groupe. Soyez vous-même un exemple en participant avec joie à l’un d’entre eux.

13. DÉVELOPPEZ UNE ÉQUIPE DE RESPONSABLES CONVAINCUS DE L’UTILITÉ DES PETITS GROUPES

Travaillez à amener toute votre équipe pastorale et vos responsables à se concentrer sur le développement et la formation des leaders. Au fil du temps, vous pourrez ainsi constituer une équipe de partenaires qui construiront leur ministère autour des petits groupes.

En 1984, l’église New Hope avait cinquante groupes. J’ai failli commettre une grosse erreur. Je me suis mis à chercher un pasteur qui serait responsable des petits groupes. Si je l’avais fait, nos petits groupes seraient devenus un autre ministère parmi d’autres. Au lieu de cela, j’ai formé mon équipe en vue de travailler avec ces petits groupes. De cette façon, le suivi et l’évangélisation continuèrent de se développer et de multiplier.

14. DONNEZ LA PRIORITÉ À LA PRIÈRE ET À LA PERSONNE DU SAINT-ESPRIT

Selon Ralph Neighbour, dix-neuf des vingt plus grandes églises au monde ont des systèmes de petits groupes, qu’ils se réunissent dans les maisons ou dans les locaux de l’église, avec une forte emphase sur la prière et le Saint-Esprit.

Le succès de l’église en Corée n’est pas un accident. C’est bien plus qu’un système et une organisation ; il est caractérisé par une dépendance délibérée au Saint-Esprit et par l’emphase qui est mise sur la prière.

EN RÉSUMÉ

J’ai entendu le missionnaire E. Stanley Jones dire un jour : « Dans un petit groupe, chacun devient un enseignant, et chacun est enseigné ». J’oserai dire que le principe qui caractérise les groupes en bonne santé aujourd’hui est encore plus dynamique : dans un petit groupe, chacun apprend à prendre soin des autres, et à être soigné par les autres.

Même les petites églises peuvent aller au-delà d’un seul petit groupe pour en former plusieurs. Les grandes églises peuvent grandement améliorer le suivi des croyants en établissant une structure de petits groupes.

Les petits peuvent aider n’importe quelle église à dépasser les limites que lui imposent souvent l’espace et le temps. À quelle heure du jour pouvez-vous réunir tout le monde ? Aucune. Avec de petits groupes, votre église peut passer à une nouvelle étape et faire des progrès dans l’évangélisation et dans une formation de disciples plus approfondie.

Le petit groupe est le lieu par excellence ou le sacerdoce universel des croyants peut le mieux devenir une réalité.

Dale Galloway est titulaire d’un doctorat en théologie ; il est doyen du Beeson International Center for Biblical Preaching and Church Leadership au Séminaire théologique de Asbury à Wilmore dans le Kentucky

Article publié dans le journal Ressources spirituelles n.14, Hiver 2006.