19 orientations pastorales favorisant la croissance des églises

Auteur: Pierre-Alain Giffard

Cet article présente une liste de dix-neuf orientations pastorales qui, d’après les auteurs et théologiens reliés au Mouvement pour la croissance des églises, favorisent la croissance des églises locales. Tout responsable d’Église désirant développer sa communauté chrétienne peut puiser dans cette liste de nombreux éléments qui l'aideront dans cette tâche.

1. Donner la priorité à l’annonce auprès des sans-Églises

Les Églises en croissance considèrent leur mission comme étant celle d’aller « à la recherche des brebis perdues », d’aller au-devant des personnes qui ne font pas partie d’une communauté chrétienne. McGavran, le fondateur du Mouvement pour la croissance de l’Église, définit la mission d’une Église paroissiale comme suit : Proclamer la Bonne Nouvelle, convaincre les hommes à devenir des disciples de Jésus et membres responsables de son Église. Les Églises qui se développent ont donc une philosophie de croissance : leurs activités sont choisies en fonction de ce but. Leurs pasteurs ne laissent pas les tâches administratives étouffer leur élan missionnaire, ils consacrent une bonne partie de leur temps à développer numériquement et spirituellement leur communauté chrétienne.

2. Favoriser le renouveau spirituel des membres

Les Églises en croissance accordent beaucoup d’importance à la dimension spirituelle de la mission chrétienne. Elles s’organisent pour que des prières d'intercessions précédent et accompagnent les efforts missionnaires; prières pour que les Églises se multiplient et que des hommes et des femmes soient « gagnés » au Christ. Elles recherchent constamment le renouveau spirituel de leur communauté (réveil). Ce renouveau amène ceux et celles qui la reçoive à faire du salut de leurs frères et sœurs un but essentiel de leur vie. Une inquiétude divine les anime, ils désirent intensément voir leurs proches goûter la puissance rédemptrice de l’Évangile. L’énergie et la ferveur résultant de cette effusion de l’Esprit leur permettent de témoigner efficacement du Christ. Il en résulte la multiplication des convertis et la croissance de la communauté chrétienne.

3. Formuler et communiquer une vision


Les Églises en croissance possèdent une vision claire de ce qu’elles sont appelées à faire. Leurs dirigeants organisent leur communauté pour la croissance, ils pensent à l’avance et précisent le rôle de leur Église dans son environnement. Ils scrutent les possibilités du milieu, formulent la vision dans un énoncé simple et compréhensible et motivent leur assemblée à la réaliser. Une grande assurance les anime ainsi qu’un enthousiasme “contagieux”. Leur vision amène la communauté chrétienne à dépasser le statu quo, elle invite à l’innovation pastorale et elle est réaliste afin que les membres puissent y croire et la suivre.

4. Planifier

Par un effort de planification, les responsables d’Églises en croissance conçoivent les étapes à suivre pour réaliser la vision. Ainsi, la communauté ne risque pas de se perdre dans une vision, certes belle, mais qui relèverait du rêve plutôt que d’un projet réalisable. McGavran, le fondateur du Mouvement pour la croissance de l’Église, insiste sur l’importance de la planification disant que la croissance des Églises aurait rarement lieu sans qu’elle soit planifiée.

5. Acquérir une bonne connaissance du milieu

Une bonne connaissance du milieu permet de mieux choisir les activités de l’Église et de planifier les actions dans le temps. En effet, en s’efforçant de connaître les caractéristiques de l'environnement (culture, pauvretés, souffrances, etc.), la communauté chrétienne peut connaître les services à mettre en place pour répondre aux besoins spécifiques de son milieu externe. Une bonne connaissance du milieu interne de l’Église permet aussi de cerner les forces de la communauté chrétienne et de savoir à la fois les personnes qu'elle peut rejoindre et les services qu’elle peut rendre.

6. Donner responsabilités et pouvoirs aux laïcs

Les dirigeants des Églises en croissance ne font pas tout eux-mêmes, au contraire, ils délèguent leurs responsabilités et leur autorité. Ils ne se désistent pas de leur travail et de leur leadership, mais permettent aux membres de la communauté chrétienne d’exercer de réelles responsabilités et de réaliser avec eux la vision de leur Église. Les responsables laïcs travaillent avec le pasteur pour définir et planifier les activités de la communauté. Ils sont en quelque sorte le ferment de la pâte communautaire et stimulent les autres membres à atteindre les objectifs définis. Une condition pour être choisi comme responsable: être convaincu que Dieu veut la croissance de son Église et qu’il appelle tous les chrétiens à participer aux efforts de croissance. Accorder aux laïcs du leadership permet, entre autres, de multiplier les services offerts par la communauté chrétienne.

7. Former les leaders laïcs

Si l’on permet aux membres de la communauté chrétienne d’exercer de réelles responsabilités, il est important de les soutenir, de les accompagner et de leur assurer une formation adéquate. Leur formation devrait les amener à devenir des êtres relationnels, chaleureux et attentifs aux besoins des autres, car c’est aussi cela qui attirera du monde à l’Église. La communauté chrétienne aura avantage à investir financièrement dans cette formation et à concevoir un système interne pour repérer et recruter les responsables.

8. Répondre aux besoins du milieu

Dans leurs efforts pour proclamer la Bonne Nouvelle, les chrétiens ont à manifester l’amour de Dieu par leurs paroles et par leurs actes (par toute leur vie). Dans ce sens, il est essentiel que les Églises locales et paroissiales élaborent des activités qui répondent aux besoins de leur milieu pour en soulager les souffrances.

9. Définir des objectifs mesurables

Les plus beaux rêves s’incarnent dans des objectifs mesurables : les dirigeants d’Églises en croissance se fixent donc des objectifs mesurables afin de réaliser progressivement la vision qu'ils ont définie. Ils mettent par écrit une liste de buts à atteindre, puis établissent des priorités d’action selon ce qui est le plus important et le plus urgent. Les buts fixés décrivent les résultats concrets à atteindre d’ici un an, cinq ans et dix ans.

10. Mettre sur pied une structure de petits groupes

Les Églises en croissance mettent sur pied une structure de petits groupes. Mais ces groupes ne sont pas des comités. Ils visent 1) à évangéliser les sans-Églises, 2) à rejoindre les besoins du milieu, 3) à répondre aux désirs d’appartenance et de socialisation des membres de la communauté et 4) à les aider à cheminer vers la maturité spirituelle.

11. Impliquer les membres selon leurs dons et leurs talents

Les membres de la communauté chrétienne devraient être impliqués dans des activités et des services d’Église selon leurs talents, leurs dons spirituels, leur formation, leurs intérêts et leurs disponibilités. Souvent, les responsables décident eux-mêmes ce que les membres ont à faire sans leur demander au préalable ce qui les intéresse et quels sont leurs talents. Pourtant, le rôle des dirigeants est en partie d’aider les membres à découvrir leurs dons et de les impliquer en conséquence.

12. Mobiliser et former l’ensemble des membres de la communauté chrétienne pour évangéliser

Les membres des Églises en croissance se sentent tous responsables des personnes qui ne connaissent pas le Christ ou qui ne célèbrent pas en Église. Tous les chrétiens peuvent employer leurs dons d’une manière ou d’une autre pour évangéliser… Chaque chrétien doit mettre ses dons au service des non-chrétiens en entretenant de bonnes relations personnelles et en faisant en sorte que ces derniers puissent entrer en contact avec l'église et entendre l'Évangile (C. Schwarz). Les dirigeants communiquent aux membres de la communauté chrétienne le souci de la croissance. Ils leurs proposent des méthodes pour aller vers les non-chrétiens et les non-pratiquants et les aident à créer des liens avec les personnes distantes de l’Église.

13. Inviter les chrétiens à témoigner auprès de leurs proches

L’annonce de l’Évangile est plus féconde lorsque les chrétiens témoignent auprès de leurs proches et auprès des personnes avec qui elles sont déjà en relation. Des études montrent que la majeure partie des personnes qui sont retournées à l’Église l’ont fait grâce au témoignage d’une personne qu’elles connaissaient.

14. Prioriser les personnes réceptives

Les communautés en croissance sont en recherche des ponts de Dieu, c’est-à-dire des différentes catégories de personnes de leur milieu susceptibles d’être réceptives à l’Évangile. Il y a par exemple celles qui visitent l’église pour la deuxième fois, celles qui vivent un décès dans leur famille, celles qui viennent d’aménager dans le quartier, celles qui veulent se libérer d’une dépendance (alcool, drogue, pornographie, jeux, etc.), les proches d’un nouveau converti et les nouveaux parents. Parmi les personnes réceptives, on trouve souvent celles qui passent par les épreuves suivantes:


a) divorce; 
b) chômage; 
c) problèmes financiers; 
d) problèmes conjugaux ou familiaux; 
e) solitude; 
f) ressentiment; 
g) culpabilité; 
h) deuil.

Les Églises en croissance élaborent des activités pour aider ces personnes et leur annoncer la Bonne Nouvelle.

15. Concevoir des célébrations dynamiques

On trouve, dans les Églises en croissance, des célébrations de qualité, vibrantes, touchantes et significatives. Il y a un équilibre entre l’exultation et l’adoration intérieure. Des équipes de laïcs et de ministres ordonnés s’en occupent avec le plus grand soin. Les célébrations y sont vécues comme des expériences édifiantes qui donnent joie, allégresse et une meilleure compréhension de la Parole.

16. Mettre sur pied des célébrations ou des groupes d’accueil pour les personnes en recherche

Les célébrations ou les groupes d'accueil pour personnes en recherche permettent aux membres de la communauté chrétienne d’inviter les sans-Églises qu’elles évangélisent dans des réunions spécialement conçues pour les nouveaux. Les responsables y donnent un enseignement sur la nécessité d'accepter Jésus comme Sauveur et conduisent les participants à faire un acte de foi. On y prie pour la guérison des malades.

17. Augmenter la capacité d’accueil des membres de l’Église

Les Églises en croissance forment leurs membres afin qu’ils aient une attitude ouverte et accueillante envers les personnes qui viennent pour la première fois ou depuis peu dans l’église. La chaleur de leur accueil est encore plus éloquente qu’une belle prédication. Les membres des Églises en croissance sont spécialement attentifs et accueillants vis-à-vis de ceux et celles qui visitent leur église. Il est proposé un accompagnement (parrainage) à ceux et celles qui font un acte de foi en Jésus Sauveur. Et afin de “fidéliser” les nouveaux, les pasteurs les invitent à participer sans tarder à la vie des petits groupes. Ils les impliquent même dans l'œuvre d’évangélisation en leur demandant notamment de témoigner de leur conversion.

18. Augmenter l’enthousiasme et la ferveur des membres

Les chrétiens qui rayonnent d’enthousiasme et manifestent une foi dynamique attirent d’autres personnes dans la communauté chrétienne. Quand les chrétiens vivent leur foi, non pas comme une obligation ou un code moral à suivre, mais comme une grâce exceptionnelle de connaître et d’aimer Jésus, ils rayonnent d’amour et la communauté grandit.

19. Adapter les structures matérielles de l’église

Les Églises en croissance sont visibles et accessibles (par exemple près d’une voie express ou d’une autoroute). Elles ont suffisamment de places de parking (stationnement) et elles sont souvent équipées de structures modulables afin de pouvoir agencer leurs espaces à volonté. Elles se servent des nouvelles technologies pour communiquer et prêcher. Des systèmes multimédias modernes leurs permettent de projeter les célébrations sur des écrans géants et elles le font parfois simultanément dans des lieux de culte différents.

La mise en place des facteurs de croissance dans une Église demande une planification rigoureuse et une consécration quasi totale de la part des dirigeants. Réussir à faire croître une Église en nombre et en sainteté n'est ni simple, ni facile. Ce sont les Églises entièrement consacrées à ce but et dont les activités et les membres sont enracinés dans l'amour qui peuvent se développer pour porter du fruit selon l'Évangile (Jean 15).

Par ailleurs, rappelons que si les membres sont invités à participer à la mission ecclésiale, ce n'est pas pour les mettre au service de la mission mais pour que leur implication serve leur croissance spirituelle. L’implication missionnaire qui leur est proposée devrait idéalement les aider à s'actualiser et à trouver joie et épanouissement dans leur engagement.

Afin de mieux réussir leur projet de croissance, le pasteur principal et ses collaborateurs auront avantage à visiter des Églises qui se sont développées et à travailler avec les membres non ordonnés. Les chrétiens sont l'Église. La réussite de la mission dépend de leur implication, de leur motivation et de leur enthousiasme.

La longueur du mandat pastoral accordé au pasteur principal est un autre élément crucial pour la croissance. L'expérience montre que des communautés chrétiennes qui ont connu un développement important, mais qui ont changé de pasteur au bout de quelques années ont soit stagné ou soit perdu de nombreux membres. C'est le cas de la communauté chrétienne en Floride qui inspira Don Pigi et de la communauté New Hope Community Church fondée par le pasteur Dale Galloway.


2 commentaires:

aballeluia a dit…

merci beaucoup pour cet article synthétique qui nous permet, à nous pasteurs, d'avoir une vision d'ensemble de notre tâche.
cela mériterait un dialogue entre nous pour approfondir nos réflexions
si certains le souhaitent pourquoi ne pas constituer un groupe de réflexion en France et nous soutenir devant le défi de renouveler notre pastorale afin qu'elle devienne effectivement missionnaire
père Arnaud ADRIEN, Toulon
arnaud.adrien@wanadoo.fr

Anonyme a dit…

Parfait. Mon ami mon frere Benediction d'avantage
c'est un travail colossale