19 orientations pastorales favorisant la croissance des églises

Auteur: Pierre-Alain Giffard

Cet article présente une liste de dix-neuf orientations pastorales qui, d’après les auteurs et théologiens reliés au Mouvement pour la croissance des églises(1), favorisent la croissance des églises locales.

1. Donner la priorité à l’évangélisation

Les églises en croissance considèrent leur mission comme étant celle d’aller « à la recherche des brebis perdues », d’aller au-devant des personnes qui ne font pas partie d’une communauté chrétienne. McGavran, le fondateur du Mouvement pour la croissance des églises, définit la mission de l’église locale comme suit : Proclamer la Bonne Nouvelle, convaincre les hommes à devenir des disciples de Jésus et membres responsables de son Église. Les églises qui se développent ont donc une philosophie de croissance : toutes leurs activités sont choisies en fonction de ce but; leurs pasteurs communiquent régulièrement aux membres  cette orientation fondamentale de la communauté.

2. Favoriser le renouveau spirituel des membres

Les églises en croissance insistent sur l’importance du renouveau spirituel de leur communauté (réveil). Ce renouveau est une effusion de l’Esprit Saint continue qui amène ceux qui le reçoive à faire du salut de leurs frères et sœurs un but essentiel de leur vie. Une inquiétude divine les anime, ils désirent intensément voir leurs proches goûter la puissance rédemptrice de l’Évangile. L’énergie et la ferveur résultant de cette effusion de l’Esprit permet de témoigner efficacement du Christ. Il en résulte la multiplication des convertis et la croissance de l’église locale (voir l’article: La source de la croissance: le réveil).

3. Formuler et communiquer une vision

Les églises en croissance possèdent une vision claire de ce qu’elles sont appelées à faire. Leurs dirigeants organisent leur communauté pour la croissance, ils pensent à l’avance et précisent le rôle de leur église dans son environnement. Ils scrutent les possibilités du milieu, formulent la vision dans un énoncé simple et compréhensible pour les membres et  motivent leur assemblée à la réaliser. Une grande assurance les anime ainsi qu’un enthousiasme “contagieux”. La vision amène l'église à dépasser le statu quo, elle invite à l’innovation pastorale et est réaliste afin que les membres de l’église puissent y croire et la suivre (voir l’article Comment écrire un énoncé de mission pour l'église locale).

4. Planifier

Les responsables présentent les étapes à suivre pour réaliser la vision. Ainsi la communauté ne risque pas de se perdre dans une vision, certes belle, mais qui relèverait du rêve plutôt que d’un projet réalisable et planifié. McGavran insiste sur l’importance de la planification disant que la croissance des églises aurait rarement lieu sans qu’elle soit planifiée (voir les articles : Comment planifier la croissance des églises et Comment rédiger un plan de croissance ecclésiale).

5. Acquérir une bonne connaissance du milieu

Une bonne connaissance du milieu permet de mieux choisir les activités de l’église et de planifier les actions dans le temps. En effet, en s’efforçant de connaître les caractéristiques de l'environnement, l'église locale peut connaître les services à mettre en place pour répondre aux besoins spécifiques de son milieu externe. Une bonne connaissance du milieu interne de l’église permet aussi de cerner les forces de la communauté chrétienne et de savoir quelles sont les personnes qu'elle peut rejoindre (2).

6. Donner responsabilités et pouvoir aux laïcs

Les dirigeants des églises en croissance ne font pas tout eux-mêmes, au contraire, ils délèguent leurs responsabilités et leur autorité. Ils ne se désistent pas de leur travail et de leur leadership, mais permettent aux membres de l’église d’exercer de réelles responsabilités et de réaliser avec eux la vision de leur église.  Accorder aux laïcs du leadership permet de multiplier les services offerts par l’église. Les responsables laïcs travaillent avec le pasteur pour définir et planifier les activités de la communauté. Ils sont en quelque sorte le ferment de la pâte communautaire et stimulent les autres membres à atteindre les objectifs définis. Une condition pour être choisi comme responsable: êtres convaincu que Dieu veut la croissance de son Église et qu’il appelle tout les chrétiens à participer aux efforts de croissance.

7. Former les responsables laïcs (leaders)

Si l’on permet aux membres de l’église d’exercer de réelles responsabilités, il est important de les soutenir, de les accompagner et de leur assurer une formation adéquate. Leur formation devrait les amener à devenir des êtres relationnels, chaleureux  et attentifs aux besoins des autres car c’est aussi cela qui attirera du monde à l’église. L’église aura avantage à investir financièrement  dans cette formation et à concevoir un système interne pour repérer et recruter les responsables.

8. Répondre aux besoins du milieu

Dans leurs efforts pour proclamer la Bonne Nouvelle, les chrétiens ont  à manifester l’amour de Dieu par leurs paroles et par leurs actes (par toute leur vie). Dans ce sens, il est essentiel que les églises locales élaborent des activités qui répondent aux besoins de leur milieu et qui permettent d’en soulager les souffrances.

9. Définir des objectifs mesurables

Les plus beaux rêves s’incarnent dans des objectifs mesurables : les dirigeants d’églises en croissance se fixent donc des objectifs mesurables afin de réaliser progressivement la vision qu'ils ont défini. Ils mettent par écrit une liste de buts à atteindre, puis établissent des priorités d’action selon ce qui est le plus important et le plus urgent. Les buts fixés décrivent les résultats concrets à atteindre d’ici un an, cinq ans et dix ans.

10. Mettre sur pied une structure de petits groupes

Les églises en croissance mettent sur pied une structure de petits groupes. Mais ces groupes ne sont pas des comités. Ils visent 1) à évangéliser, 2) à rejoindre les besoins du milieu, 3) à répondre aux désirs d’appartenance et de socialisation des membres de la communauté et 4) à les aider à cheminer vers la maturité spirituelle.

La suite de cet article se trouve dans le livre : GIFFARD, Pierre-Alain, La croissance de l’Église : outils et réflexions pour dynamiser nos paroisses, Nouan-le-Fuselier, Éditions des Béatitudes, 2012.

97828402442953

NOTES

(1) Le Mouvement pour la croissance des églises, comme son nom le suggère, s’intéresse aux facteurs qui favorisent la croissance des communautés chrétiennes. Il est composé d’un ensemble de praticiens et de théologiens qui étudient les éléments qui favorisent le développement des églises. McGavran est presque unanimement considéré, dans le milieu protestant évangélique, comme son fondateur.

(2) Il existe en gestion un modèle appelé SWOT (Strengths-Weaknesses-Opportunities-Threats); FFOM (Forces-Faiblesses-Opportunités-Menaces) qui aide les dirigeants à élaborer leur planification en fonction des forces, des faiblesses, des opportunités et des menaces de leur environnement interne et externe.